Retour au listing

Frais GDS : Marc Leidelinger (FFTP), "Air France fait payer au client son retard technologique !"

Pour Marc Leidelinger, président et fondateur de Frequent Flyer Travel Paris (FFTP) les changements amenés par la mise en place dès le 1er avril 2018 de frais GDS par Air France n'est pas une surprise. Si sur la forme il paraît évident que les modèles actuels doivent évoluer, sur la forme en revanche, il est loin d'être convaincu de la décision de la compagnie. Interview.

TourMaG.com - Sur l'annonce des frais GDS par Air France, vous semblez serein et minimiser le risque financier de cette surcharge ?

Marc Leidelinger : Le risque financier existe, il est important. Il n'en reste pas moins que sur le fond de l'affaire, cela fait déjà quelques années que la rémunération des GDS n'est plus le pilier fondamental de mon modèle économique. D'ailleurs il ne l'a jamais été. 

De même qu'en 1999 je savais déjà que la commission des compagnies aériennes allait disparaître. Je m'y étais préparé. Cela m'a permis de me réapproprier mon métier de service, et d'être payé par mes clients pour le service que je délivre. 

La rémunération des GDS est un bonus, mais mon revenu vient de ma valeur ajoutée. 

TourMaG.com - Les GDS restent pour certains indispensables pour accéder à la totalité de l'offre notamment ? 

Marc Leidelinger : Aujourd'hui, déjà 15% de ce que nous vendons passent hors GDS. Nous utilisons les hotel booking tool, ou des outils comme Travelfusion pour les vols low cost. Pour nous il n'y a rien de nouveau. Dans cette affaire, nous parlons peu du client. Nous avons un besoin de contenu nouveau, éclectique et malléable. Nous devons être capables de proposer toutes les nouvelles offres packagées des compagnies aériennes. C'est dans le sens de l'histoire, c'est indispensable. 

Depuis des années pour des clients haut de gamme, nous avons intégré des vidéos, des photos dans notre mid-office. Nous ne le faisons pas de manière industrielle, mais nous le faisons. 

Pour des clients exigeants qui veulent des services, nous pouvons réaliser une vente sur le GDS et aller acheter un bagage sur le site de la compagnie. Nous y sommes déjà ! 

TourMaG.com - Vous êtes donc favorable au développement de la norme NDC ?

Marc Leidelinger : Que ce soit du NDC via les GDS ou Rich Content sur Travelport.... le débat n'est pas là. Il est de pouvoir proposer en tant que prestataires de services du service et de la valeur ajoutée. 

TourMaG.com - Et sur la forme que pensez-vous de l'annonce d'Air France ? 

Marc Leidelinger : Sur la forme, Air France fait payer à son client final son retard en matière de technologie avec la distribution. Nous sommes à deux mois d'une échéance qui demande deux ans de travail.
Il y a également un manque d'anticipation de la part du transporteur dans la sortie de sa relation avec les GDS. Certains gros acheteurs vont être fâchés, ils pourraient y avoir un effet boomerang. 

En Allemagne, NDC ne fonctionne pas c'est un constat. 

Nous pouvons nous demander comment il n'y a pas eu davantage d'anticipation. NDC est un sujet depuis 5 ans. Les GDS auraient également pu faire preuve de plus de dynamisme il me semble. J'ai un peu l'impression que nous faisons les frais d'une guerre GDS - compagnies aériennes. 

TourMaG.com - Pensez-vous qu'Air France va reporter sa décision d'appliquer la surcharge au 1er avril 2018 ? 

Marc Leidelinger : Je le souhaite. Espérons que la raison et le bon sens vont l'emporter, et que les Entreprises du Voyage, garant d'une relation contractuelle avec Air France puisse trouver une solution nationale. J'espère que l'on ne partira pas vers des accords bilatéraux. 

Dans la situation actuelle tout le monde sera perdant.